Mis à jour le 5 novembre 2020

Tribune de l'opposition municipale Issy s'engage

Tribune parue dans Point d’Appui.

Tribune de novembre 2020

Environnement, le doute s’installe

Pendant la campagne électorale des élections municipales de mars 2020, les assertions ont
fleuri pour démontrer qu’Issy était une ville déjà écolo… On nous a parlé de budget CO2, de
baisses drastiques des émissions sur la ville sans aucune base ni explication sur la méthodologie.

On nous a promis une ville Zéro émission carbone, alors même que depuis le déconfinement les norias de camion au diesel ont repris sur la ville, qui pour apporter des tonnes et des tonnes de béton, qui pour charrier des terres d’excavation. Le béton coule
à flots sur le complexe sportif Jean Bouin, dans la ZAC Léon Blum, au Pont d’Issy. Et on voudrait nous faire croire que la ville est vertueuse.

Seule mesure engagée, un fonds de dotation pour encourager les entreprises de la ville à
financer des mesures environnementales… C’est un peu maigre comme bilan sept mois
après les élections.

L’écologie a tellement été prise en compte pendant ces 40 dernières années qu’il a fallu
creuser tout le stade Gabriel Voisin pour y couler un immense réservoir en béton pour accueillir les eaux de pluie que les sols isséens ne drainent plus tant ils sont artificialisés.
Quelle est la logique de développement durable des bureaux du pont d’Issy qui ont été
démolis moins de 40 ans après leur construction ?

La ville durable avancera quand véritablement seront posées sur la table une méthode et des modalités de calcul incontestables des engagements de réduction carbone de la ville.

 

 

 

 

 

 

 

Damien Baldin, Maud Joie-Soria, Thomas Puijalon (PS)

 

Tribune parue dans le Point d'Appui de novembre 2020