Mis à jour le 18 février 2019

Pont d’Issy, une métamorphose exemplaire

Le quartier est composé d’un ensemble mixte de logements en accession et sociaux, commerces, bureaux, équipements, services, espaces verts…

C’est un ambitieux projet qui a vu le jour en 2012 avec la création de la ZAC du Pont d’Issy.

Son objectif était de transformer le secteur en un quartier alliant logements, bureaux modernes et espaces verts. Développé par Sefri-Cime pour le compte d’Axa Real Estate Investment Managers il a ainsi reçu le Prix de la Mixité Urbaine délivré à l’occasion de l’édition 2016 des Pyramides d’Or organisée par la FPI (Fédération des Promoteurs Immobiliers). Ce prix, à l’échelle nationale et sur différents critères, récompense les meilleurs projets immobiliers, comme les qualités esthétiques et innovantes ou encore la qualité des services proposés aux futurs habitants du quartier. Une manière également de féliciter les maîtres d’œuvre de conception du futur, Loci Anima Architecture et Arte Charpentier Architectes.

Les résidents des 3 tours "Haute définition" ont emmenagé, tout comme les salariés du siège de Capgemini, dans l’immeuble Aquarel.

Bridge, le futur siège mondial d’Orange

L'entreprise va s'installer dans l'un des immeubles de la ZAC du Pont d’Issy qui totalise 56 000 m² et qui est développé par Altarea-Cogedim avec l’architecte Jean-Paul Viguier. "Bridge", dont la première pierre a été posée le 3 octobre 2018, sera un lieu "ouvert sur la ville, en dialogue avec son environnement et son histoire, tourné vers les rencontres et les échanges", conçu comme la vitrine numérique du Groupe.

Situé à proximité du Pont d’Issy, aux portes de Paris et de plain-pied avec les lignes de transport en commun T2 et RER C, "Bridge" est un projet aussi ambitieux qu’inédit, et redessine l’entrée de la ville d’Issy-les-Moulineaux.

ZAC Pont d'Issy
© Altarea Cogedim

Conçu en lien avec l’agence d’architecture Jean-Paul Viguier et Associés, "Bridge" sera un lieu ouvert sur la ville, en dialogue avec son environnement et son histoire, tourné vers les rencontres et les échanges. L’immeuble principal est un bâtiment phare, signal – à l’horizontal – d’un nouveau type tant dans son esthétique que dans sa pratique. Ses façades et verrière, tout en reflets et transparence, capteront la lumière naturelle autant qu’elles ouvriront des vues exceptionnelles sur l’extérieur et l’intérieur, pour le plus grand confort de ses utilisateurs.

Déployant en son cœur d’un immense atrium paysager très généreux, Bridge privilégie une grande diversité d’espaces, d’usages et de paysages, recréant ainsi une "ville intérieure" aux multiples volumes suspendus, habitée à tous les niveaux. Particulièrement stimulant, l’ensemble est conçu pour répondre aux nouveaux usages et aux attentes en matière de digitalisation.

Bridge traduit à la fois une envie d’audace et un ancrage dans le patrimoine architectural d’Issy-les-Moulineaux. À l’intérieur, son atrium est le désir d’espaces partagés.
Jean-Paul Viguier Architecte du projet

Le dessin de Bridge se démarque dans le paysage par des porte-à-faux aux dimensions hors norme, ses jardins et ses terrasses spectaculaires embrassent Issy-les-Moulineaux, Paris, la Seine et l’Île Saint-Germain. Le projet se conçoit au regard du patrimoine historique du site avec la réhabilitation d’une Halle de type "Eiffel".

Exemplaire d’un point de vue environnemental, ce projet vise l’obtention des certifications "NF- Bâtiments Tertiaires "Exceptionnel", "BREEAM " niveau Excellent, et "WELL Building Standard", et le label "BBC-Effinergie +". Il pourra également prétendre à une certification "WiredScore", plaçant la digitalisation au centre de sa conception d’ensemble.

Altarea Cogedim est à l’initiative de ce projet inédit et emblématique, porteur d’une nouvelle vision du bureau de demain, au service du bien-être des utilisateurs et des nouveaux modes de travail.

"Bridge" constitue la traduction du savoir-faire d’Altarea Cogedim et de son leadership en matière d’immobilier d’entreprise.

"Bridge", le futur siège d'Orange, accueillera en 2020 près de 3000 collaborateurs du groupe au cœur de la ZAC du Pont d'issy. Entrez dans l'univers imaginé par l'architecte Jean-Paul Viguier et développé par Altarea-Cogedim.

Tour Keiko

Le projet Keiko (ex Fusion), porté par le promoteur Sefri-Cima, l'agence Loci Anima, Elioth et Khephren, s’élève sur 14 étages et atteint 69 mètres au point le plus haut avec la hauteur du plancher bas du dernier niveau accessible qui s’établit à une hauteur de 49,5 mètres.

Le bâtiment de 25.000 m² se décompose en deux corps liés entre eux par une entité intermédiaire établissant la liaison entre du R+1 au R+14. L’ensemble peut se traduire sous une forme générale de « H » dirigé selon un axe principal nord-est/sud-ouest.

Le rez-de-chaussée est occupé par un hall, des commerces et un espace d’exposition. Au premier niveau, des salles de conférences et de fitness, puis du niveau 2 au niveau 13 des bureaux, enfin le niveau 14 est occupé par une cafeteria et la terrasse. 

La végétalisation des abords (360 m² de surfaces plantées sur le parvis) permettra de créer des ilots de fraicheur.

ZAC du Pont d'Issy

Les recours contre les projets du Pont d’Issy rejetés par la justice

Pour rappel, les associations ACTEVI, Issy l’écologie, Environnement Boulogne-Billancourt et Val de Seine Vert avaient demandé au Tribunal administratif de Cergy-Pontoise, par requêtes du 18 juin 2012, d’annuler, d’une part, la délibération du 12 avril 2012 par laquelle le Conseil municipal de la Ville d’Issy-les-Moulineaux a approuvé la révision simplifiée du Plan Local d’Urbanisme et, d’autre part, la délibération créant la ZAC du Pont d’Issy. Par jugements du 21 janvier 2014, le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise a rejeté ces demandes.

L’association ACTEVI a interjeté appel de ces jugements par requêtes du 28 mars 2014. Par deux arrêts du 4 février 2016, la Cour Administrative d’Appel de Versailles a rejeté les requêtes de l’Association et l’a condamnée à verser une somme globale de 3 000 € au titre des frais exposés.

Par la suite, les associations ACTEVI et Val de Seine Vert avaient demandé devant le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise, par requête du 15 juillet 2014, l’annulation de l’arrêté de permis de construire délivré à la SCI IMEFA 52 le 31 décembre 2013, en vue de la réalisation d’un immeuble de grande hauteur d’une surface de plancher de 60 138 m2. Le projet concernait la réalisation d’une tour de 180 mètres sur le terrain du Crédit Agricole. Par jugement du 16 février 2016, un non-lieu à statuer a été prononcé par le Tribunal administratif sur les requêtes des associations.

Persévérant, les associations ACTEVI et Val de Seine Vert avaient sollicité auprès du Tribunal administratif, par requête du 5 décembre 2014, l’annulation de l’arrêté de permis de construire de la tour Hélice délivré à la SCI Issy Campus le 14 juin 2014, en vue de la réalisation d’un immeuble de grande hauteur d’une surface de plancher de 48 533 m2. Par jugement du 16 février 2016, la requête de ces associations a de nouveau été rejetée et elles sont condamnées solidairement à verser à la Ville la somme de 1 000 € et à la SCI Issy Campus la même somme au titre des frais exposés.

Ces nouveaux succès sont à l’image de la qualité et de la détermination de la Ville, et confirment que la gestion urbanistique de la Municipalité s’opère dans le respect de l’environnement urbain et des textes en vigueur.