Mis à jour le 22 février 2019

Vaccination : quels vaccins faire, et où ?

Voici quelques adresses de sites qui pourront répondre à vos interrogations et vous apporter plus d'informations.

Un vaccin est composé d’une partie plus ou moins importante d’un agent microbien (virus ou bactérie).

Lorsqu’un élément étranger (antigène) est introduit dans l’organisme, celui-ci le détecte et fabrique des anticorps spécifiques pour le détruire : c’est la réponse immunitaire.

 

Cette réaction reste en mémoire : lors d’un prochain contact avec le microbe, la réponse sera plus rapide et plus importante ce qui permettra de le détruire avant que la maladie se développe.

 

La réponse immunitaire est différente pour chaque germe : on peut être protégé de façon durable après un seul contact (ex :la rougeole) ou nécessiter des contacts répétés pour obtenir une réponse suffisament rapide et importante (d’où l’intérêt des rappels).

 

Pour fabriquer un vaccin, il faut réussir à isoler une partie constante et spécifique d’un germe, ce qui n’est pas toujours possible. En effet, soit on ne le connaît pas assez bien, soit il se modifie plus ou moins rapidement (par exemple, le virus de la grippe change chaque année mais peut être isolé pour permettre la création d’un vaccin ; celui du SIDA se modifie en permanence d’où l’impossibilité actuelle de créer un vaccin).

 

Tous les vaccins peuvent avoir des effets secondaires (fièvre, réactions locales, irritabilité, troubles digestifs…) mais leur fréquence et leur gravité sont très nettement inférieurs aux risques liés à la maladie.

 

Consensus sur la vaccination contre l’hépatite B : disponibles sur les sites de l'HAS (Haute Autorité de Santé - www.has-sante.fr) et de l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale - www.inserm.fr).

 

Renseignements sur les vaccins, notamment en cas de voyages (recommandations pour chaque pays) : www.pasteur.fr

 

Guide des vaccinations : www.sante.gouv.fr

 

Centres de vaccination internationale : www.smi-voyage-sante.com

Les vaccins conseillés

Le BCG
Il protège surtout contre les formes graves de la tuberculose (formes méningées, ganglionnaires, osseuses), moins bien contre les formes pulmonaires de la maladie.
Il est obligatoire avant l’entrée en collectivité et peut se réaliser dès les premiers jours de vie.
Il existe sous deux formes, le Monovax et le vaccin intradermique (qui se fait par injection sous la peau).
Le Monotest et l’IDR permettent en théorie de contrôler si on est bien protégé par le vaccin. Les recommandations concernant la réalisation de ces tests sont en train de changer (leur intérêt est remis en question).

 

Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite (DTP)
Le schéma vaccinal est le suivant : trois injections à 1 mois d’intervalle, un rappel un an après puis un rappel tous les 5 ans jusqu’à 21 ans. Par la suite, un rappel tétanos/polio est à faire tous les 10 ans.
Le plus souvent, ces vaccins sont combinés à ceux de la coqueluche, de l’haemophilus et prochainement de l’hépatite B.

 

Coqueluche
Le vaccin existe sous deux formes : à germes entiers et acellulaire. Ce vaccin peut être responsable de fortes fièvres (moins marquées avec la forme acellulaire), ce qui peut contre-indiquer une nouvelle injection.
Comme pour le DTP , trois injections à 1 mois d’intervalle et un rappel à 1 an sont nécessaires, puis un autre à 11-13 ans.
La coqueluche est une maladie grave chez le petit (quintes de toux asphyxiantes), souvent contaminé par un adulte de son entourage (chez qui la maladie prend plutôt l’allure d’une toux trainante).

 

Haemophilus influenzae
Trois injections à 1 mois d’intervalle et un rappel 1 an après sont nécessaires.
Cette bactérie est responsable de méningites et de laryngites très graves.

Vaccins recommandés

Afin d'éviter à votre enfant de contracter une maladie aux conséquences qui peuvent être grave, le service de Santé vous recommande un certain nombre de vaccins dont voici la liste.

Rougeole-Oreillons-Rubéole
Ces trois maladies peuvent avoir des conséquences graves (atteintes neurologiques pour la rougeole (1 cas sur 1 000 à 2 000 rougeoles) et pour les oreillons, stérilité masculine pour les oreillons, malformations fœtales pour la rubéole touchant une femme enceinte). La vaccination protège donc l’enfant vacciné et son entourage.
Une injection à partir de 12 mois est proposée puis une dose de rattrapage entre 3 et 6 ans (seulement 95% des patients sont immunisés après la 1ere injection).

 

Hépatite B
L’hépatite B est une maladie grave touchant le foie (entrainant, dans sa forme chronique, des cirrhoses et des cancers), qui se transmet par le sang et les rapports sexuels. Dans le monde, 2 milliards de personnes ont ou ont eu une hépatite B.
Le vaccin contre l’hépatite B a fait l’objet de nombreuses études compte tenu de l’existence d’une polémique autour de ces effets secondaires. Aucune de ses études n’a démontré, à ce jour, le lien entre vaccination contre l’hépatite B et effets secondaires graves, type sclérose en plaques (SEP). Le consensus national et international prone une vaccination de tous les enfants avant 2 ans: le schéma vaccinal actuel (2 injections à un mois d’intervalle et une 3ème 6 à 12 mois après) leur confère une immunité durable et aucun effet secondaire notable n’a jamais été constaté à cet âge (un avis spécialisé reste conseillé par précaution en cas d’antécédents de SEP dans la famille). Un vaccin associant l’hépatite B au D-T-P-coqueluche-haemophilus va bientôt être disponible.

 

Pneumocoque
Le pneumocoque est une bactérie responsable de nombreuses infections ORL peu graves, mais aussi de méningites, de septicémies et de pneumonies sévères, qui touchent principalement l’enfant de moins de 2 ans. Cette bactérie est devenue ces dernières années de plus en plus résistante aux antibiotiques classiques.
La vaccination contre le pneumocoque protège contre les formes graves de cette maladie. Elle est préconisée, entre autres, chez l’enfant sain gardé en collectivité.
Le schéma vaccinal dépend de l’âge de l’enfant.

 

Grippe
Le vaccin contre la grippe peut être proposé dès 6 mois.
La grippe touche les voies respiratoires et favorise la survenue de complications bactériennes. La vaccination est notamment préconisée chez l’enfant asthmatique (la grippe pouvant être à l’origine de décompensations de l’asthme), en cas de bronchiolites ou d’otites à répétition, chez l’enfant prématuré ou ayant une maladie chronique.
La 1ère année, 2 injections à 1 mois d’intervalle sont nécessaires, puis 1 seule les autres années (à la même période que pour les adultes). Un vaccin par voie nasale devrait bientôt être disponible (pour les enfants de plus de 5 ans).

Autre vaccins

D'autres vaccins sont moins indispensables, mais peuvent prévenir à certaines maladies auxquelles peut être sujet l'enfant.

Méningocoque

C’est une bactérie responsable de méningites. Elle existe sous 3 formes, A, B et C ; la fréquence de chaque forme est différente d’un pays à l’autre. En France, la forme la plus fréquente est la B contre laquelle il n’existe pas de vaccin. Certaines régions sont connues pour être des foyers de méningocoques C comme le Puy-de-Dôme, les Côtes d’Armor et le Morbihan (la vaccination y est plus systématique qu’ailleurs).
Il existe un vaccin contre le méningocoque C qui peut être fait dès 2 mois et un vaccin A+C à partir de 18 mois (s’adresse surtout aux voyageurs).

 

Varicelle

Un nouveau vaccin va être mis prochainement sur le marché. Il s’adressera en priorité aux adultes n’ayant pas eu la varicelle dans l’enfance ou aux personnes ayant un déficit immunitaire. Il pourrait éventuellement se développer par la suite en association avec le ROR.

 

Autres vaccins

D’autres vaccins sont disponibles et s’adressent essentiellement aux voyageurs. Avant tout départ à l’étranger, il est important de consulter son médecin traitant qui conseillera, en fonction de la destination et de l’âge de l’enfant, les vaccins supplémentaires à faire (prévoir au moins 2 mois avant le départ si possible au cas où plusieurs vaccins différents seraient à faire). Certains vaccins ne peuvent être faits que dans des centres de vaccination internationale.