Mis à jour le 28 janvier 2021

Le collège La Paix fait peau neuve

Les travaux du collège La Paix, qui ont démarré en janvier 2019, sont désormais achevés. Situé aux abords de l'écoquartier du Fort, le nouveau collège ouvre ses portes pour accueillir 700 élèves.

En 2018, le département des Hauts-de-Seine avait décidé de reconstruire le collège en raison de l'augmentation importante du nombre d'élèves dans un quartier comprenant de nombreux logements. L'ancien établissement accueillait en effet 550 élèves. Situé aux abords de l’éco-quartier du Fort, le collège accueille 700 élèves depuis la rentrée de mars. L'objectif : offrir de meilleures conditions de travail aux adolescents et aux équipes, mais aussi intégrer les nouveaux usages liés aux méthodes pédagogiques modernes (outils numériques, etc.).

D’une superficie de 6 500 m2, le collège se compose de deux bâtiments : l’un accueille des logements de fonction, l’autre abrite 25 salles de cours, l’accueil, le centre de documentation, le pôle de la vie scolaire et l’Ulis (Unité Localisée pour l’inclusion scolaire).

Baptisée « passage de la Plante Marande », une ruelle piétonne est également créée le long des fortifications du Fort d’Issy.

Un collège respectueux de l’environnement

Le projet vise la démarche HQE (Haute Qualité Environnementale), dont l’objectif est d’assurer la sécurité et le confort des usagers. Pour y parvenir, des mesures ont été prises pour réduire les nuisances sonores, poussières et salissures liées au chantier.

Le nouveau collège s’inscrit dans une démarche de développement durable chère à la Ville. La végétalisation occupe une part importante du projet : les arbres existants au sein de la cour ont été préservés.

Les architectes on ainsi porté une attention particulière au confort acoustique et visuel des locaux en favorisant la lumière naturelle. L’établissement s’intègre parfaitement à l’écoquartier, avec une toiture végétalisée qui contribue à la gestion des eaux de pluie et à l'isolation thermique, et des talus paysagers. Côté rue du Fort, sa faible hauteur offre une impression d’espace et met en valeur les fortifications.

« Nous avons pris en compte l’échelle de la fortification : il fallait faire en sorte de ne pas être au-dessus du Fort pour ne pas gâcher la promenade autour. Il était nécessaire qu’on conserve la vue en l’état », explique l’architecte Pierre-Louis Faloci, également à l’origine de l’Espace Andrée Chedid, qui a récemment reçu le Grand prix national de l’architecture. Avec un retrait de 8 à 12 mètres par rapport aux limites de la parcelle, le collège reste éloigné des habitations existantes.

Le retrait de l’établissement par rapport aux bâtiments avoisinants permet de favoriser l’aménagement d’espaces verts.