Mis à jour le 29 janvier 2021

Témoignage de Karole Reyes, artiste peintre

Karole Reyes, artiste liée à la Ville d’Issy-les-Moulineaux depuis 28 ans, a été présidente de l’association Les Arches pendant 4 ans. Elle revient sur les transformations de la Ville depuis 1991 en faveur des artistes contemporains, et notamment sur

Cher Monsieur Santini,

 

Un matin glacial de 1991, je me rendis au 247, quai de Stalingrad à Issy-les-Moulineaux. Je trouvai l’endroit sinistre, triste, glauque et je ne pensais pas y travailler pendant 28 ans.

Les quais de Seine ressemblaient encore aux clichés que Robert Doisneau avait faits à Issy.

J’ose l’avouer aujourd’hui, je n’avais jamais entendu parler de cette ville auparavant. J’étais jeune certes, j’avais 25 ans, mais pour ma dépense, je venais du Mexique et j’étais à Paris depuis peu pour étudier aux Beaux-Arts.

Je savais encore moins à l’époque que vous en étiez le Maire.

J’étais jeune diplômée à la recherche d’un atelier et par un jour d’hiver 1992, je découvris l’Artsenal : une nef d’acier gigantesque, fascinante et terrifiante. Tout était à faire, et nous l’avons fait. Pendant 10 ans, j’ai fait partie de l’extraordinaire aventure de l’Artsenal. Au cours de ces années, j’ai assisté à la transformation spectaculaire de la ville.

Vous nous avez souvent rendu visite à l’Artsenal et nous avons appris à nous connaître, puis il a fallu quitter à grand regret l’Artsenal mais vous avez eu l’idée novatrice de construire des ateliers, pour reloger une partie des artistes. J’ai été de cette aventure également. J’ai suivi de près la construction des ateliers auprès de M. Landowski. « Les Arches » ont vu le jour en 2002  et nous avons pu nous installer dans des ateliers flambant neufs. Cela fait aujourd’hui 18 ans, et j’espère qu’en 2022, nous fêterons nos 20 ans.

 

Depuis 18 ans aux Arches, mon atelier m’a permis de développer mon travail, mais également d’y faire de belles rencontres et de participer à de nombreux projets, comme le dernier en date, l’exposition Chaosmose, au Musée de la Carte que vous avez eu la gentillesse de visiter samedi dernier.

 

Je me suis investie dans la vie de la Ville, j’ai enseigné au CEAP, puis aux Arcades et j’ai été présidente de l’association des Arches pendant 4 ans.

Samedi dernier au Musée, j’ai réalisé en vous parlant, tout ce chemin parcouru, toutes ces années où grâce à mon atelier, j’ai pu trouver une stabilité dans mon travail. J’étais jeune diplômée en arrivant à l’Artsenal et tout au long de ces années, ma colonne vertébrale a été mon travail que j’ai pu développer dans mon atelier. L’atelier pour un artiste est indispensable à sa création.

En créant ces ateliers, vous avez soutenu la création contemporaine si difficile pour un artiste.

Depuis ce jour de 1992, j’ai appris à mieux connaître le Grand Paris… et il est à noter que rares sont les villes qui ont eu la volonté et l’ambition d’accueillir les artistes au coeur de la cité.

 

Vous vous demandez encore, j’en suis sûre, pourquoi je vous écris cette lettre ? Allons droit au but, je vous écris cette lettre pour vous dire MERCI !

Voilà, c’est tout.

Recevez, Monsieur Santini, mes salutations artistiques les plus respectueuses,

 

Karole Reyes