Mis à jour le 5 mai 2021

La Bataille d'Issy

Du fait de la présence sur son territoire d’un fort qui était un des pivots du dispositif militaire autour de Paris, Issy-les-Moulineaux se trouve au cœur des événements qui ont animé la capitale pendant l’année 1870 – 1871.

La Commune de Paris, vue d'Issy

Cet ouvrage militaire imposant avait été créé pour protéger Paris des agressions extérieures et, de fait, pendant tout le mois de janvier 1871, et malgré le violent pilonnage qu’il subit, il parvient à résister vaillamment aux assauts des armées prussiennes. Seule, la signature de l’armistice oblige ses défenseurs à le quitter, non sans incompréhension, ni amertume.

La population parisienne, qui ressent également comme un affront le défilé des troupes ennemies sur les Champs-Elysées, se révolte le 18 mars, dans un climat de grande agitation politique et sociale. La Commune est proclamée quelques jours plus tard et le 3 avril elle envoie trois colonnes armées à l’assaut de Versailles où s’est réfugié le gouvernement. L’une d’entre elles, sous les ordres du général Eudes, passe par Issy. Mais la sortie se termine en débâcle et le soir- même, de retour à Issy, le général Eudes s’installe dans le séminaire de Saint-Sulpice. Une quinzaine de jours plus tard un bataillon de Fédérés vient l’y rejoindre, suivi d’autres. Commence alors une cohabitation avec la population dont l’étrangeté transparait aujourd’hui encore dans les mémoires écrits avec émotion, fatalisme, humour parfois, par les habitants et les combattants.

Au Fort, réoccupé par les Communards dès le 19 mars, les bombardements ont repris, plus intenses encore que l’hiver précédent, entrainant des pertes humaines considérables (jusqu’à 40 tués et 200 blessés certains jours). Ils redoublent de violence quand est lancée la grande offensive de la fin du mois d’avril. Les fantassins de Versailles, arrivant par Les Moulineaux, gravissent le coteau dont la pente les protège de la vue et des tirs du Fort, et en quelques jours, du 26 avril au 1er mai, ils s’emparent du grand parc de l’ancien château des Conti, du château lui- même et du cimetière. Leur progression, d’obstacle en obstacle, de mur en fossé et de fossé en tranchée emportés à la baïonnette, se poursuit, rapide, presque irrésistible, si bien que le Fort est évacué le 30 avril par les Fédérés et leur commandant, Edmond Mégy, démoralisés.

Quand le Délégué à la Guerre, Gustave Cluseret, en est informé, il rassemble aussitôt les compagnies d’un bataillon et accourt reprendre la position désertée que les troupes versaillaises n’avaient pas encore investie. L’affaire, et les dangers qu’elle a fait courir, fait grand bruit à Paris et la décision est prise de créer un Comité de Salut Public, dont le nom rappelle la Révolution et 1793. La politique générale de la Commune prend dès lors une orientation plus radicale.

Le Fort d’Issy ne sera définitivement abandonné par les Communards que le 8 mai. Le 2e corps de l’armée de Versailles y pénètre le lendemain. Il entame alors la reconquête du bourg jusqu’à Paris. Pour stopper, ou au moins freiner, son avancée, des barricades sont érigées dans les rues qui deviennent pour plusieurs jours le théâtre de batailles menées de part et d’autre d’une façon atroce. Comme en prélude à la « Semaine sanglante », les morts se chiffrent par centaines et la ville subit des destructions sévères, à l’exemple de ses monuments les plus remarquables en grande partie ruinés : le Séminaire et son parc, l’église Saint-Étienne, le couvent des Oiseaux (actuel Hôtel de Ville) et le château des Conti, si endommagé qu’il devra finalement être entièrement démoli au début du 20e siècle.

L'Année terrible en quelques dates

A voir aussi :