Publié le 22 septembre 2021

🧱 Retour en images sur Issy Art, le Festival des arts urbains sous toutes leurs formes

Le rythme et la musique ont retenti sur les places de l’Hôtel de Ville le week-end dernier pour IssyArt avec une exposition de sculptures monumentales de Bordalo II, mais aussi des compétitions de haut niveau de hip hop, de basket, et du sport.

A l’occasion de cette 5e édition, Issy Art s’est mis aux couleurs de Bordalo II, figure du street art international dont les œuvres majestueuses ont parsemé les parvis de l’hôtel de Ville et Corentin Celton le temps d’une journée. Les visiteurs ont ainsi pu déambuler entre un timide flamand rose, un rat majestueux, un cochon scintillant mais aussi un poisson impassible et un singe mutin aux mille couleurs, réalisés à partir de matériaux de récupération repeints. Sans oublier un rhinocéros monumental qui a sûrement inspiré les plus jeunes dans les ateliers de customisation d’objets en tous genres, allant du cactus au vase à décorer à l’aide de bombes à l’eau.  

Non loin de là, les shows de hip hop ont fait vibrer le public au son du DJ Diame, dans des figures acrobatiques, osées et rythmées remplies d’énergie. Les battles ont vu concourir 120 artistes après une initiation au hip hop pour les plus jeunes, en matinée, pour débusquer de nouveaux talents et passionnés du genre.  

Place Corentin Celton, des tournois de basket 3v3 ont eu lieu tout au long du week-end, et les prouesses de l’équipe de basket de Pantin leur ont fait remporter la finale de la compétition contre Ermont sur le terrain spécialement installé pour l’occasion, encouragés par des pompom girls enjouées. L’initiation au Parkour a séduit de nombreux enfants sur une installation sécurisée faite de trampoline et de matelas avant de s’orienter dans quelques années vers le mobilier urbain. Sans oublier l’installation de BMX qui offrait aux enfants l’occasion de découvrir cette discipline exigeante et les démonstrations de double dutch, un sport qui combine technicité, légèreté et acrobatie entre deux cordes à sauter, chorégraphié pour un trio.  

Au total, vous êtes près de 7000 à avoir pu profiter de ce week-end autour des arts urbains.