Publié le 31 janvier 2020

Rencontre avec Mathilde et Barbara, services civiques

Mathilde est isséenne, Barbara est weidenoise. Pendant un an, elles ont échangé leur ville pour faire un service civique international, soutenu par l'OFAJ et l'AFCCRE.

PA: Pourquoi avez-vous candidaté à ce service civique?

Barbara : Après avoir passé le bac ce n’était pas mon plan de prendre une année de pause mais de tout de suite commencer mes études en médecine. Mais vu que les études en médecine sont très populaires et que le système éducatif allemand ne permet pas à tout le monde de commencer tout de suite, car il y a un certain classement, il fallait que j’attende un ou deux semestres avant de pouvoir commencer. Donc j’étais un peu perdue et je ne savais pas trop quoi faire.

Un jour, ma mère m’a montré l’annonce sur laquelle la ville de Weiden cherchait un ou une volontaire pour le service civique à Issy-les-Moulineaux. Ma mère m’a dit que ce serait parfait pour moi mais moi, j’ai fait que rire parce que je ne pouvais pas du tout m’imaginer de vivre en France, en plus à Paris. Les semaines passaient et je n’avais pas encore trouvé une solution. Ma mère avait découpé et posé l’annonce sur ma table et… j’ai commencé à rédiger ma lettre de motivation. En l’écrivant, j’ai remarqué qu’il y a plein de raisons pour lesquelles ce serait parfait pour moi de faire ce volontariat :

J’ai toujours aimé la langue française,

Je n’ai jamais été à Paris et j’y voulais toujours aller un jour

Je ne savais presque rien sur notre ville jumelle Issy

Déménager à une ville si grande permet d’apprendre à connaître d’autres cultures

Je me suis toujours engagée, soit à l’école, chez Amnesty International ou dans l’Eglise – cela faisait toujours partie de ma vie

Mathilde : Je m’apprêtais à terminer mes études de communication et je ne savais pas trop quoi faire. J’estimais ne pas être suffisamment prête à rentrer sur le marché du travail directement après la fin de mes études et j’avais également des envies de voyager. C’est une amie de ma mère qui m’a parlé du service civique et du partenariat entre Issy-les-Moulineaux et Weiden lorsque j’avais envisagé l’idée de partir à l’étranger avec la Mairie. J’ai vu dans ce service civique une belle opportunité.

Ayant eu des études très théoriques, j’ai vu dans cet échange la possibilité de combler le manque de pratique dans le domaine de la culture internationale, autrement dit la branche ou je voudrais travailler plus tard.

 

PA : Qu’est-ce que cela vous apporte ?

Barbara : Vu que je viens d’un très petit village (pas loin de Weiden) avec beaucoup de vaches et beaucoup de nature c’était un grand changement pour moi : la taille de Paris, le nombre d’habitants, le trafic,  les transports en commun, la diversité culturelle, vivre seule et loin de ma famille,  la langue étrangère… mais ce n’était pas difficile pour moi de m’adapter à la vie ici – au contraire : cela me permet de grandir très vite car je dois organiser et venir à bout de ma vie toute seule, j’ai de la responsabilité pour moi-même et pour les tâches que j’ai au travail.

J’ai changé d’optique sur le monde, sur notre société. A Paris il y a des gens de tous les pays du monde et tout le monde a sa propre histoire, ses propres valeurs morales et c’est vraiment intéressant d’apprendre d’eux. Le service civique me permet de trouver des nouveaux amis de tous les pays sur la terre : Pérou, Inde, Côte d’Ivre, Angleterre, Brésil, Maroc, Grèce – c’est surtout des volontaires que j’ai rencontré dans le cadre des évènements, sur des réseaux sociaux ou à la Maison Des Volontaires.

Mathilde : Comme je touche à plein de domaines différents, cela me permet de cibler progressivement ce qui m’intéresse vraiment au niveau professionnel. Sinon la possibilité d’améliorer mon allemand n’est pas déplaisante !

J’apprends également à connaitre une autre culture que la mienne et à m’ouvrir à de nouvelles choses qui ne me sont pas forcément familières, ce qui m’apporte personnellement beaucoup.

 

Pour en savoir plus sur les expériences de Mathilde et Barbara, rendez-vous sur la page Facebook Jeunes Volontaires d'Issy et d'Ailleurs (page publique).

 

Des news de Clémence et Philipp

Philipp a repris ses études à Ratisbonne. Son expérience en France l'aide pour ses cours de français (production de textes et expression orale) en étant moins scolaire. En février, il va se réorienter soit en Communication, soit en Management International et Tourisme.