Publié le 28 février 2019

Marie-Christine Saragosse : "Quand les femmes veulent, elles peuvent exceller en tout"

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes le 8 mars, nous avons rencontré Marie-Christine Saragosse, présidente-directrice générale du groupe France Médias Monde, installé à Issy-les-Moulineaux.

En France, 85 % des membres des comités exécutifs sont des hommes, et 97 % d’hommes sont à la tête d’une société, selon les chiffres 2017 des inégalités du Secrétariat d’État à l’égalité des femmes et des hommes. Ça vous inspire quoi ?
Marie-Christine Saragosse : Ces chiffres montrent que le chemin à parcourir est encore long en France ! Pour ma part, j’ai toujours cru au succès des équipes mixtes et veillé à ce que le comité exécutif que je préside à France Médias Monde, soit paritaire. Sous l’impulsion de la loi, notre conseil d’administration est également paritaire. La présence des femmes à des postes de dirigeants insuffle une dynamique qui se transmet dans les étages. Mais, attention, elle n’est pas mécanique. Trop souvent encore, les femmes hésitent par une insuffisante confiance en soi. Mais quand les femmes veulent, elles peuvent exceller en tout !

Pour ma part, j’ai toujours cru au succès des équipes mixtes et veillé à ce que le comité exécutif que je préside à France Médias Monde, soit paritaire.
Marie-Christine Saragosse Présidente-directrice générale de France Médias Monde

Et dans les groupes de presse en particulier ?
M-C. S. : La réalité du secteur des médias est plus encourageante et la place des femmes dans l’encadrement y évolue significativement, certes sous l’effet de la loi mais aussi d’un volontarisme qui s’est développé dans ces entreprises où la prise de conscience est peut-être plus rapide. Dans l’audiovisuel public, les présidentes sont même aujourd’hui très majoritaires. Si Arte et France Médias Monde étaient les seules sociétés dirigées par des femmes en 2012, il y a depuis France Télévisions et Radio France. Les femmes sont aussi très présentes dans les hiérarchies et dans les rédactions. France Médias Monde est une entreprise totalement paritaire et nous avons mis en place des mesures pour réduire les écarts de salaires entre les hommes et les femmes qui sont très inférieurs à la moyenne chez nous et tendent même déjà vers l’égalité.

En 2018, vous avez été reconduite à la présidence de France Médias Monde. Quel est votre rôle ?
M-C. S. : France Médias Monde est une société nationale de programmes qui rassemble RFI, France 24 et Monte Carlo Doualiya. Mon rôle, c’est en quelque sorte d’être la capitaine de l’équipe de France audiovisuelle à l’international ! Notre groupe délivre, en français et en 14 autres langues, une information libre, honnête qui est très attendue. Ces médias de grande qualité que j’ai la chance de diriger sont composés d’équipes multiculturelles, hyper-professionnelles, pleinement engagées dans leur mission internationale dont on ne mesure peut-être pas assez en France l’importance plus essentielle que jamais dans le contexte international.

Nous avons mis en place des mesures pour réduire les écarts de salaires entre les hommes et les femmes qui sont très inférieurs à la moyenne chez nous et tendent même déjà vers l’égalité.
Marie-Christine Saragosse Présidente-directrice générale de France Médias Monde

Qu’avez-vous mis en place au sein de France Médias Monde depuis 2012 ?
M-C. S. : D’abord, il a fallu construire ce groupe naissant en rassemblant des salariés avec des cultures d’entreprise et surtout des métiers différents. C’était une mission compliquée mais qui porte ses fruits aujourd’hui : l’audience de nos médias internationaux atteint de nouveaux records chaque année. Nous avons franchi en 2018 les 160 millions de contacts hebdomadaires pour nos trois médias réunis. Cela est rendu possible d’abord par des offres éditoriales d’une très grande qualité, mais aussi par notre accessibilité à travers le développement de notre présence sur tous les supports et une stratégie numérique offensive. Nous avons lancé de nouvelles offres comme la
rédaction en mandingue de RFI (une des principales langues parlées dans la bande sahélienne en Afrique), ou encore France 24 en espagnol.

Quels sont vos projets ?
M-C. S. : Nous travaillons avec nos collègues de Radio France, France Télévisions, Arte, TV5 et l’INA. Ainsi, nous avons pu imaginer collectivement de nouvelles offres telles que France Info ou Culture Prime par exemple. Nous défendons une certaine idée de l’information libre, c’est une mission très importante dans un contexte mondial de grande instabilité, y compris en Europe dans une période d’incertitude liée au Brexit et à la veille des élections européennes. Malgré les contraintes budgétaires, nous allons déployer toute l’énergie possible pour développer la présence de France 24 dans plusieurs langues. Nous venons de lancer sur France 24 un magazine coproduit avec France Info « Le Monde dans tous ses Etats »… Les langues africaines de RFI sont une priorité qui va faire l’objet de nouveaux développements dans les prochains mois, nous allons notamment lancer un magazine en peul et installer la rédaction en mandingue à Dakar. Nous n’avons aucun répit !

Pour finir, un mot à toutes les femmes…
M-C. S. : Ayons confiance en nos propres capacités ! Non pas parce que les femmes sont plus courageuses, plus sages, plus ceci ou cela – non, nous ne sommes pas l’avenir de l’homme mais le présent de l’humanité ! – mais tout simplement parce qu’il est évident que l’humanité est un tout dont les deux moitiés sont égales.