Publié le 15 octobre 2021

Le tri des déchets alimentaires généralisé l'an prochain

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le gaspillage alimentaire, le 16 octobre, la web série « Agir pour le Climat, ça commence par Issy ! » s’est penchée sur la collecte des déchets alimentaires.

Les déchets alimentaires (restes de repas, épluchures, etc.) représentent presque un tiers de nos ordures ménagères que l’on jette dans la poubelle grise, celle des déchets non triés, pour être incinérés. Or, ils peuvent être recyclés, que ce soit via le compostage ou la transformation en biogaz, une énergie renouvelable.  

On savait déjà que nous pouvions déposer nos déchets alimentaires dans les composteurs installés dans sa copropriété ou sur l’espace public dans l’un des 14 composteurs de quartiers. La loi sur la transition énergétique prévoit que tous les particuliers disposent d’une solution pratique de tri des biodéchets à la source d’ici à 2024. Cette collecte a donc vocation à être pérennisée pour se déployer sur l’ensemble du territoire, dès novembre 2022 pour Issy-les-Moulineaux. 

Pourquoi séparer les biodéchets du reste des déchets ? 

L’incinération de ces déchets produit des Gaz à effet de serre (GES) et notamment du CO2 lors de leur combustion. A l’inverse, la valorisation organique via le compostage, l’épandage ou la méthanisation permet de faire retourner au sol ou de transformer des matières organiques brutes en une matière valorisable, le compost ou le digestat, adapté aux besoins agronomiques des sols. 

Quels déchets alimentaires trier ? 

  • Préparation de repas : épluchures de légumes, de fruits, coquilles d’œuf, découpes de viande et de poisson… 

  • Fin de repas : les sachets de thé, les filtres à café et les serviettes de table en papier… 

  • Restes de repas : tous les restes de légumes, de fruits, les salades, avec ou sans sauce, les pommes de terre, pâtes, riz, tous les restes de viande, de charcuterie, de poisson y compris coquillages et crustacés (coquilles d’huîtres, de moules…), les restes de fromage, de pain, de pâtisserie… 

  • Produits alimentaires périmés : débarrassés de leurs emballages. 

Que deviennent les déchets alimentaires ? 

Les déchets alimentaires collectés sur le territoire de GPSO sont traités dans des usines de méthanisation à Etampes, mais également en Seine-et Marne dans des méthaniseurs à la ferme. Ce processus permet la transformation des déchets alimentaires en gaz, électricité et digestat (matière azotée épandue sur les champs). La production de biogaz produit avec 1000 tonnes collectées permet de chauffer 30 maisons au gaz naturel. Le digestat produit en un mois permet de fertiliser une superficie équivalente à 30 terrains de football.    

Depuis le lancement de l’expérimentation, 3,7 tonnes de déchets alimentaires ont ainsi été collectés sur le marché de Corentin Celton et 18 tonnes dans les écoles Anatole France et Voltaire, trois sites tests à Issy-les-Moulineaux. 

Des premières initiatives dans des écoles et sur les marchés 

Un dispositif de collecte des déchets alimentaires a été mis en place fin 2018 sur le territoire de Grand Paris Seine Ouest, en partenariat avec le Syctom, auprès d’habitants de maisons individuelles, sur les marchés alimentaires et dans des écoles. A Issy-les-Moulineaux, par exemple, le marché Corentin Celton et les écoles élémentaires Anatole France et Voltaire l’ont mis en place.