Mis à jour le 28 décembre 2022

Le budget primitif 2022 adopté en conseil municipal

Pas d’augmentation des impôts ! C’est la décision prise par le Conseil Municipal du 10 février en adoptant le budget primitif de la Ville pour l’exercice 2022. Il s’équilibre en dépenses et en recettes à un total de 225,3 millions d'euros.

L'exercice 2022 s’inscrit dans une démarche de maitrise des dépenses de fonctionnement afin de compenser les pertes de recette cumulées des deux dernières années. Ce travail collaboratif de maitrise des dépenses se poursuivra avec l’objectif de reconstituer les excédents garantissant le financement des projets d’investissements futurs, indispensables au dynamisme de notre territoire.

Un budget marqué par la perte du concours de l’État, mais la Ville n’augmentera pas les impôts.

Après 6 ans de réduction substantielle de la DGF, Issy-les-Moulineaux ne percevra plus cette ressource en 2022. Malgré sa suppression et une participation toujours plus marquée aux mécanismes nationaux de péréquation, la Ville maintient sa politique fiscale favorable aux ménages, avec des taux d’imposition toujours stables cette année. Rappelons que, toutes taxes confondues, Issy-les-Moulineaux affiche des niveaux de taux parmi les plus bas en France.

Baisse des dépenses de fonctionnement

Les dépenses de fonctionnement sont en baisse de 1,92 % sur les dépenses réelles de fonctionnement et de 7,94 % au total sur l’ensemble des dépenses. À titre indicatif, les charges de personnel ne représentent que 33% des dépenses réelles de fonctionnement, une proportion particulièrement basse en comparaison des autres communes de même strate où elles atteignent 54%. À noter également, la création de la SEMOP pour gérer certains équipements sportifs (dont la nouvelle Cité des Sports et d’y transférer du personnel jusqu’à lors rémunéré par la Ville).

La dette communale

La politique menée ces dernières années a permis de maintenir la dette à 41€/habitant au 1er janvier 2022, soit un ratio largement inférieur à celui des communes de même strate (1370€/habitant). Pour autant, la ville envisage sereinement le recours à l’emprunt alors que les conditions de marché restent attractives, avant une remontée pressentie des taux dans ce contexte inflationniste. Si l’intégralité de l’autorisation d’emprunter est mobilisée, il devrait en résulter pour la Ville une capacité de désendettement inférieure à 15 mois - alors que le seuil à ne pas dépasser est fixé à 12 ans - et une dette par habitant de seulement 178€.