Publié le 21 septembre 2020

🚲 L'isséen Guillaume Di Grazia signe un polar sportif sur le Tour de France

Isséen depuis 10 ans, Guillaume Di Grazia est journaliste sportif à Eurosport et commentateur de nombreux événements. Il a publié son premier ouvrage « Orage et désespoirs » sur la journée épique du 26 juillet 2019 du Tour de France.

Des exploits sportifs à la découverte du patrimoine historique français, le Tour de France est l’un des événements les plus fédérateurs et populaires de l’actualité : « On a tous un souvenir du Tour de France », déclare avec enthousiasme Guillaume Di Grazia qui couvre cet événement depuis 20 ans.  

Avec son premier ouvrage, l’auteur revient notamment sur un épisode rocambolesque de l’édition 2019, l’orage qui a tout changé. 

Pour la première fois dans l’histoire de la Grande Boucle, une étape s’est arrêtée en raison d’intempéries, sans qu’un vainqueur ne soit désigné. « On vit alors la grande étape des Alpes, l’une des dernières journées du Tour de France avant l’arrivée à Paris, explique Guillaume Di Grazia. Alors que les cyclistes rentrent dans le col de l’Iseran en direction de Tignes, un orage de grêle éclate et rend la route impraticable à partir de Val d’Isère. L’étape est exceptionnellement arrêtée et les organisateurs ont trouvé dans le règlement une porte de sortie qui leur a permis d’établir un classement, en prenant les temps au sommet de l’Iseran. »

Ce scénario improbable n’est pas sans conséquences sur le classement général : une déception pour le Français Julian Julian Alaphilippe qui a dû céder son maillot jaune au profit du colombien Egan Bernal.

« Julian Alaphilippe aurait dû gagner cette étape et garder son maillot jaune, il ne restait qu’une étape pour faire la différence, la course du lendemain, et celle-ci a été raccourcie. »

De son côté, comment a-t-il vécu cet épisode ? « En tant que commentateur dans ce contexte, on reste très factuel en reprenant les infos qu’on l’a et en essayant de comprendre où l’on va. ». Frustré malgré tout de ne pas avoir toutes les pièces du puzzle, il décide d’écrire un livre dédié à ce sujet. « J’ai voulu comprendre exactement ce qu’il s’était passé. J’ai conçu ce livre comme une enquête, un polar sportif avec des galeries de personnages, des managers, des cyclistes, avec l’idée de dévoiler les coulisses d’une gestion de crise. » 

« Je ne voulais pas écrire un livre encyclopédique généraliste sur le Tour mais un ouvrage plus contemporain sur le vélo, du point de vue du 21e siècle à l’ère des réseaux sociaux et de l’information de masse. »

J’ai conçu ce livre comme une enquête, un polar sportif avec des galeries de personnages, des managers, des cyclistes, avec l’idée de dévoiler les coulisses d’une gestion de crise.
Guillaume Di Grazia

Le journaliste a couvert le Tour de France, non plus sur le terrain mais depuis les locaux d’Eurosport à Issy, pour cause de crise sanitaire. Malgré ces conditions particulières, le Tour de France est apparu comme une éclaircie dans un paysage ombrageux. « C’est le temps des vacances qui a repris ! ».

Di Grazia Guillaume, « Orage et désespoirs - Pourquoi Julian Alaphilippe pouvait gagner le tour de France ? », 19 euros, éditions Mareuil, 2019.