Mis à jour le 29 décembre 2022

Interview de Richard Garfield, le créateur de Magic et des cartes à jouer et à collectionner

Pour son catalogue de l'exposition "Magic, Pokémon & Co.", le Musée Français de la Carte à Jouer a pu récolter les réflexions du créateur du premier jeu de cartes à jouer et à collectionner. En voici un extrait.
Le "Power Nine" de Magic, première édition anglophone.

« L'évolution de Magic était passionnante, et parfois effrayante. Nous avions l'impression de faire quelque chose qui n'avait jamais été fait auparavant, et dont le développement ne pouvait être anticipé par personne. De nombreux aspects du jeu étaient incertains et pouvaient être modelés de différentes manières, mais aucun n'était aussi important pour moi que la relation de Magic avec son statut d'objet de collection. 

Richard Garfield
Richard Garfield.

Dès le début, nous n'avons pas pu répondre à la demande, ce qui a fait monter en flèche la valeur des cartes. Personne ne pouvait s'en procurer assez, et les clients découvraient que les cartes qu'ils avaient achetées pour trois dollars pouvaient en valoir dix, vingt, ou plus, très rapidement. On en est arrivé à un point où les nouveaux joueurs ne pouvaient plus se permettre de jouer, et où les boîtes de cartes étaient simplement achetées et conservées par des spéculateurs. 

Beaucoup de gens chez Wizards of the Coast étaient alors ravis de cette situation et voulaient continuer à imprimer le jeu en petites quantités même après avoir réussi à répondre à la demande initiale. Tout le monde savait que cela ne pouvait pas durer, mais s'il s'agissait d'un objet de collection, c'est ce que vous faisiez - vous mainteniez la collection aussi longtemps que vous le pouviez. Ces personnes avaient tendance à considérer le jeu comme une mode, et étaient intéressées à l'exploiter, et éventuellement à développer la prochaine mode. Pour moi, et les personnes qui travaillions en Recherche & Développement, c'était un désastre : il n'y avait aucun intérêt à avoir un jeu auquel on ne pouvait pas jouer, et nous étions convaincus de l’originalité de ce jeu. Les jeux peuvent devenir des classiques d'une manière qui dure très, très longtemps, en faisant le lien entre les générations. C'est l'un des charmes de ce média. 

Pour que Magic ait une chance d'y arriver, nous avons dû faire sortir les spéculateurs. Nous avons intentionnellement imprimé beaucoup plus que la demande - et le résultat était prévisible - il y a eu une décote, et beaucoup de clients et de personnes chez Wizards of the Coast ont dit que le jeu était terminé. Cependant, le jeu étant abordable, les gens ont pu y jouer comme prévu. Au cours des années suivantes, le nombre de joueurs n'a cessé d'augmenter et Magic a été considéré non pas comme une mode ou un objet de collection, mais comme un jeu. »

Retrouvez l’interview dans sa version intégrale dans le catalogue de l'exposition "Magic, Pokémon & Co.", en vente au Musée.