Publié le 4 juin 2019

Festival Jazz au coeur: Issy en mode jazzy

Pour sa 16e édition, le festival Jazz au coeur et guitare à l’âme vous invite à voyager des États-Unis à l’Algérie, de l’Inde à la Colombie, du blues aux musiques du monde, du jazz au ska…
© YannickSiegel

C’est désormais une institution qui rameute, chaque année, 3 400 mélomanes. Le festival, entièrement gratuit et porté par le Réacteur, propose une semaine de découvertes sonores. À bon entendeur…

Blues américain métissé

Considéré comme l’un des derniers disciples du traditionnel Chicago Blues, Ladell McLin est un guitariste de scène émérite. Après avoir tourné en France avec Manu Lanvin, invité en 2016 sur la scène du festival Jazz, c’est à Issy que Ladell McLin fait une halte pour nous réjouir de son dernier album Blues pour Nelson Mandela.
 

En partenariat avec le Crossroad Issy Blues Club
Lundi 24 juin à 20h
Salle d’Orgue du conservatoire Niedermeyer
11/13, rue Danton
Entrée libre

 

Le guitariste Ladell McLin

Du reggae jeune public en live !

Issu de la complicité entre le chanteur guitariste et la tromboniste du groupe Los Tres Puntos, le spectacle-concert Trombine et Houpette est pensé pour les enfants et les plus grands. Ça joue avec les mots, avec les voix, ça swingue, ça décoiffe, ça fait voyager, ça parle aux plus petits… mais aussi au plus grands !

Mercredi 26 juin à 14h
Salle d’Orgue du Conservatoire Niedermeyer
11/13, rue Danton
Entrée libre

Djazia Satour de retour sur la scène isséenne

Avec un nouvel album intitulé Aswât, la chanteuse explore l’héritage musical algérien : modes musicaux et rythmes algérois, mandole et banjo accompagnent ces mélodies en arabe, qui appellent à la mémoire et à l’amour.

C’est tout en poésie qu’elle nous transporte vers cette terre, en faisant également appel à des influences plus actuelles, telles que la folk indie ou le
groove d’une pop pétillante. Le retour aux sources musicales se nuance alors de ces affleurements du présent, comme si le réel s’immisçait pour une fois dans la nostalgie et le souvenir. C’est dire que, loin de céder aux tentations passéistes, le nouvel album de Djazia va chercher dans la tradition de nouvelles opportunités d’invention.

En première partie, retrouvez Pigments, issu de la rencontre entre le poète-slameur isséen Nina Kibuanda et le musicien Guillaume Hazebrouck. Accompagnés par le bassiste d’origine martiniquaise Olivier Carole, ils mettent en musique les textes du poète Léon-Gontran Damas dont ils célèbrent la véhémence et l’infinie tendresse de sa poésie. Immanquable !
 

En 1re partie : Pigments
Jeudi 27 juin à 20h
Auditorium Niedermeyer - 11/13, rue Danton
Entrée libre

Jazz français, musique traditionnelle indienne et instrument innovant

Carte blanche est donnée à Sylvain Cathala, un musicien qui sait où il va et sait parfaitement le raconter, et même le mettre en perspective.

Compositeur autodidacte, son écriture singulière renouvelle les formes d’improvisation tout en gardant un lien étroit avec l’histoire du jazz et des musiques occidentales. Il bénéficie de bourses d’écriture de la Sacem et de commandes d’État. Il a enregistré une douzaine de disques comme leader. Around K fut récompensé par Jazz Magazine.

L’ensemble Latif Khan vous propose, lui, un voyage au son de la musique traditionnelle de l’Inde du Nord. Latif Khan, tabliste1 indien de renommée internationale présente son ensemble. Accompagné de jeunes talents issus de la tradition musicale Rajasthani, il nous entraîne dans un voyage au coeur de la musique hindoustani, entre traditions populaires et savantes.

Issu de l’ensemble Inventor, en création avec le Réacteur en 2018, Frédéric Bousquet, musicien et compositeur, maître artisan en facture instrumental et musicologue, viendra en tant que spécialiste du Titanium Euphone rencontrer les musiciens du Sylvain Cathala Trio et de l’ensemble Latif Khan.

Vendredi 28 juin à 20h
La Halle des Épinettes - 45/47, rue de l'Egalité
Entrée libre

Le compositeur Sylvain Cathala

L’oud résolument rock’n’roll de la Speed Caravan

Pour clôturer le Festival en beauté, « l’oudist hero » algérien Mehdi Haddab nous présentera son dernier opus Big Blue Desert de son projet jazz-rock mâtiné de world Speed Caravan. Mélange de mbalax sénégalais2 et heavy métal, grooves afro et rock psyché, cette invitation au voyage rappellera tantôt l’Orient ou Jimi Hendrix, tantôt l’Afrique de l’Ouest ou Frank Zappa. Huit ans après l’album Kalashnik Love, la caravane speed reste fidèle à la ligne initiée en 2005 : du rock pur jus, tendance hard, avec gros son et distorsions, ce qui réjouira les rockeurs avides de métissages musicaux !
 

En 1re partie : Eda
Samedi 29 juin à 20h
Espace Icare - 31, boulevard Gambetta

12 € en prévente - 14 € sur place
1 Musicien de tabla, instrument à percussion d’Asie.
2 Rythme musical sénégalais basé sur des percussions.

Le guitariste Mehdi Haddab

Afrique et Go’Jazz

Le Choeur Go’Jazz renoue cette année avec les gospels africains et le jazz vocal ! Accompagné par un trio rythmique, cet ensemble vocal vous présente un nouveau spectacle, sous la direction de Denis Thuillier.