Publié le 19 novembre 2020

🗣️ Conférence en ligne: visionnez l'Entretien d'Issy consacré à Albert Camus

Pierre-Louis Rey, professeur émérite à l’Université de la Sorbonne nouvelle et romancier, revisite la vie et l’œuvre d'Albert Camus, ce créateur de mythes qui fut par sa plume et ses engagements la conscience de toute une génération.

Ce deuxième rendez-vous des Entretiens d’Issy consacrés aux Voix de la Révolte est dédié à la pensée du philosophe et écrivain Albert Camus.

Quel sens la révolte at-elle pour Camus ?

Pierre-Louis Rey : La révolte métaphysique naît de l’absurde. Interrogeant sans relâche le sens de notre existence, nous n’obtenons de l’au-delà aucune réponse.

Y-a-t-il une forme de révolte dominante dans son œuvre ?

P. L. R. : Une autre révolte est celle de l’esclave qui dit « non » à son maître. La Peste peut se lire à deux niveaux : révoltés contre un fléau tombé du Ciel, les personnages du roman font figure de héros tragiques; révoltés contre l’occupation allemande, dont la peste est une métaphore, ils sont des héros dramatiques. Tandis que le théâtre de Camus illustre plutôt la dimension tragique de la révolte, L’Homme révolté examine les ripostes offertes aux hommes face à leurs oppresseurs, ainsi que les voies proposées à l’artiste soucieux de « corriger la Création ». Deux attitudes échappent à la révolte camusienne : le nihilisme (qui piétine les valeurs humaines) et l’oubli du réel (qui conduit l’artiste à se réfugier dans une tour d’ivoire ou à se complaire dans une « surréalité »).

Dans quelle mesure peut-on associer son engagement à celui d’un l’humaniste ?

P. L. R. : Souvent qualifié d’humaniste, Camus repousse cette étiquette. Sa philosophie n’est pas l’humanisme issu du XVI e siècle, qui place l’homme au centre de l’univers, mais celle des Grecs, qui le concevaient en harmonie avec la nature. De même préfère-t-il aux peintres de la Renaissance les « primitifs » qui tentaient d’arracher un sens au monde plutôt que de le trouver accompli dans une sagesse humaine.

Sa philosophie n’est pas l’humanisme issu du XVIe siècle, qui place l’homme au centre de l’univers, mais celle des Grecs, qui le concevaient en harmonie avec la nature
Pierre-Louis Rey Professeur & romancier

Conférence sur IssyTV : l'esprit de la révolte chez Camus

Save the date !

Prochaine conférence Entretien d'Issy, "De Gaulle l'irréductible" le jeudi 17 décembre sur www.issy.tv, par Jean-Michel Anciaux.

Jean-Michel Anciaux est diplômé de la Faculté des Lettres de Lyon et a été professeur d’anglais à Lyon, chargé d’enseignement de culture générale à l’Université Paris II Panthéon-Assas, chargé de cours à l’IUT Université Paris-Descartes. Il a publié dans la revue « Espoir » de la Fondation Charles de Gaulle et prépare actuellement un livre sur le Général de Gaulle. Il est auditeur de l’Institut des hautes études de défense nationale.

« Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France ». C’est au nom de cette certaine idée que le Général de Gaulle refuse la défaite et prononce le 18 juin 1940 à la BBC de Londres son appel à poursuivre le combat. En cet instant d’extrême solitude, De Gaulle, l’irréductible, proclame son invincible espérance : « Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas ».