Publié le 29 juillet 2020

Arrivée du tunnelier du Grand Paris Express à la gare du Fort d'Issy/Vanves/Clamart

Le percement du tunnel qu'emprunteront en 2025 les rames du métro automatique du Grand Paris Express est un moment clé. Le voyage souterrain du tunnelier Ellen, parti de Bagneux le 14 février 2019, s'est achevé le 28 juillet.

Après un creusement de 3.9 km, le tunnelier Ellen est arrivé à bon port ! Ce mardi 28 juillet, l'impressionnante machine de 102 m de long achevait son parcours en perçant la paroi de la future gare Fort d'Issy-Vanves-Clamart à 23m de profondeur.

Parti le 14 février 2019, le tunnelier Ellen a réalisé une première portion de tunnel allant du puits Robespierre (Bagneux) à la gare Fort d'Issy-Vanves-Clamart.

Ellen - nom féminin, comme le veut la tradition, choisi par les enfants de l'école Henri-Wallon de Bagneux en référence à la navigatrice Ellen McArthur - a avancé au rythme moyen de 12 m par jour.

« La tête de coupe, qui fait en elle-même plusieurs tonnes, c'est l'extrême bout d'un train avec plusieurs wagons, explique Thierry Dallard, président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP). Juste derrière la roue se fait l'approvisionnement des voussoirs (NDLR : éléments préfabriqués en béton armé qui s'imbriquent les uns aux autres comme un puzzle) et la pose. Les wagons derrière permettent d'acheminer différentes choses, comme l'énergie ou l'équipement de sécurité ».

Excepté pendant le début du confinement, Ellen a fonctionné 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 grâce à une vingtaine de personnes en trois fois huit.

Dessin décrivant le fonctionnement du tunnelier
Le Parisien

Une partie du tunnelier doit à présent être démontée et sera ensuite réacheminée par convois exceptionnels jusqu’à son point de départ à Bagneux. Pour ce faire, une grue permettant le levage de la roue de coupe, du bouclier et de la jupe du tunnelier arrivera par convois exceptionnels les nuits du mercredi 29 et jeudi 30 juillet (entre 6h et 22h).

Le train suiveur, quant à lui, empruntera de nouveau le tunnel. La machine, une fois réassemblée, repartira à l’automne pour un second creusement d'environ 700m entre le puits Robespierre et la gare Arcueil-Cachan.

D'ici à la fin de l'année, 20 tunneliers creuseront les sous-sols de la région Ile-de-France.