Informations

Fermer

Mon Issy

Accédez à votre espace personnalisé

S'inscrire - Se Connecter
To prevent automated spam submissions leave this field empty.

Votre parcours : Issy.comLa villeL'environnementRéchauffement climatique : rencontre avec Michel Chevalet, journaliste scientifique

Réchauffement climatique : rencontre avec Michel Chevalet, journaliste scientifique

Date de publication : 28-11-2017   |   Dernière mise à jour : 28-11-2017   |     |  

Le journaliste présentera une conférence sur le réchauffement climatique vendredi 8 décembre à l’auditorium du groupe scolaire Saint-Nicolas. Nous lui avons posé quelques questions en amont.

Pourquoi avoir choisi Issy-les-Moulineaux pour cette conférence ?
La réponse est toute simple, elle va vous surprendre. J'ai eu le plaisir de faire mon service militaire au Ministère des Armées avec un brillant 2e classe, votre Maire, André Santini. Il nous est resté des liens d'amitié et surtout le souvenir d'un Santini qui, le soir, lorsque nous gardions les dépôts d'essence de l'armée, déployait déjà ses talents oratoires.
Bref, toute la nuit, il refaisait le monde...

 

Quel est l’objet de votre conférence à Issy-les-Moulineaux ?
Peu de personnes ont attiré l'attention du grand public sur le fait que quoi que l'on fasse, dans le demi-siècle qui vient, nous allons dépasser les 2 degrés considérés comme la limite acceptable par notre planète. Certains scientifiques parlent de 3 à 3,5 degrés, ce qui est une catastrophe.

 

Tout au long de votre carrière, vous avez abordé de nombreuses thématiques, par exemple la conquête de l’espace. Pourquoi aujourd’hui parler du climat ?
Je suis et je reste avant tout un journaliste scientifique passionné par tous les thèmes. L'espace, c'est vrai, a joué un rôle majeur dans ma carrière, mais l'environnement la météo sont des thèmes passionnants car multi-pluridisciplinaires.

 

Y a-t-il des chiffres particuliers à retenir sur cette problématique ?
À mon avis, il n'y en a qu'un seul à retenir. Si nous voulons ne pas dépasser 2 degrés pour le réchauffement, nous devrions arrêter de consommer pétrole, gaz et charbon, à l'horizon 2050. C'est quasi impossible, cela suppose une mutation complète de notre mode de vie, de nos modes de production, mais nous n'avons pas le choix, c'est cela ou bien nous faisons sauter la chaudière ! Bien entendu, cela suppose que tout le monde retrousse ses manches, et ça va être de loin le plus dur à obtenir, un accord international.
Pour ma part, je vais continuer mon action de vulgarisation auprès du grand public et notamment concevoir une nouvelle exposition itinérante comme je l'avais fait pour la COP21.

  |     |   HAUT DE PAGE

Haut de page